Temple protestant

 

 

 
Dans les années 30-40, les protestants de langue française au Maroc n'étaient pas assez nombreux pour avoir des pasteurs dans le Sud du pays, aussi se réunissaient-ils par ville et dans les familles.
La ville de Marrakech eut un temple dans les années 38-45 dans le quartier de l'Hivernage et l'aumônier militaire Jules Roche présida à la construction du temple.
 

C'est en 1947, au printemps, que la paroisse d'Agadir-Taroudant-Inezgane-Tiznit vit le jour d'un culte mensuel.
Au début les cultes mensuels se tinrent dans la petite maison de la Croix-Rouge sur la plage.
Puis le pasteur obtint la chapelle de l'Hôpital.
Parfois le culte avait lieu au cinéma Rex à Talborjt, endroit bien grand pour le petit nombre de paroissiens.

Le premier culte du 9 mars 1947 fut présidé par le Pasteur Othenin-Girard de Genève et fut suivi de baptêmes (l'eau du baptême fut versée avec un gros coquillage échoué sur la plage d'Agadir).

Un Comité provisoire fut constitué avec Mesdames Bouvier et Candelot, Messieurs Bastide, Othenin-Girard et le Dr Demacon puis M. Lauprête.

 

 
 
 

 
 Jean de Mondenard fut recruté comme aumônier militaire et prit la responsabilité du CPJ (Conseil Protestant de la Jeunesse).

En mars 1947, il se rendit à Agadir en passant par le Tizi n'Test pour rencontrer le colonel commandant la garnison.

Il rencontra également le chef d'E M, le 3e Bureau, l'aumônier militaire catholique de la Région, se rendit à l'Hôpital militaire et à l'Infirmerie de la garnison, déjeuna chez les Nagy, dîna chez le stomatologue Henri Demacon et son épouse Vera et rencontra la famille Reberga.
(Jeandemondenard.canalblog)

 

 
 

 

En novembre 1947, un projet de construction d'un temple fut présenté par le Dr Demacon, président du Comité provisoire. L'école biblique et l'enseignement du catéchisme furent confiés à Mesdames Bouvier et Lauprête.

1955
 

 1956
 

1958

 

 
Le temple d'Agadir et le presbytère furent construits au début des années 50 - vers 1953 (Jean Nagy) -
sur la pointe d'un terrain qui donnait sur les boulevards Steeg et Clemenceau et la rue de Londres.
La kermesse se déroulait sur la pointe du terrain vague entre les deux boulevards.

 

 

En 1953, Jean de Mondenard démissionna de l'armée pour devenir le pasteur de Marrakech, Safi et Louis Gentil.
En 1954, il figurait sur le Guide Essi d'Agadir en tant que pasteur.

Puis un nouvel aumônier militaire, le pasteur Bernel, en résidence à Agadir fut nommé pour prendre en charge le Souss, Agadir et Mogador faisant de grands déplacements en voiture.
Un jour qu'il se rendait à Meknès, la balle d'un tireur isolé vint se loger à l'avant de sa voiture.



Jean Nagy fut baptisé dans les années de guerre par le Pasteur Roche.
Il se souvient avoir fait sa première communion le 21 avril 1957, au temple protestant avec Élisabeth Lauprête, Jean-Claude Bastide et Pierre Nagy (homonyme, fils de Ladislas Nagy).

 
 

 

Après la cérémonie, les familles allèrent déjeuner au restaurant " La Réserve " avec les enfants et le pasteur Bernel. Pendant le repas, Jean regardait la mer , chantonnait dans sa tête un bout de cantique : " Une nacelle en silence - vogue sur un lac d'azur - tout doucement elle avance - sous un ciel tranquille et pur ".
Ce jour-là, dit-il, le décor était tout à fait en harmonie avec ces paroles
(Souvenirs de Jean Nagy, 16 septembre 2011, Agadir 1960).

 

 
Les pasteurs Lestringant et Bernel se trouvaient à Agadir au moment du séisme.
 

 
Le temple en 1970