Rue Hubert Giraud

 

 

 Imm. Moutchou

  Imm. Azur

 Whisky à Gogo

 Imm. Bella Vista


 

 
 La rue Hubert Giraud commençait rue Paul Doumer, croisait l'avenue Nicolas Paquet et l'hôtel Marhaba pour finir en impasse au niveau des escaliers de l'immeuble Bella Vista qui descendaient sur l'avenue Lyautey.

Cette rue porte encore actuellement le nom d'Hubert Giraud (1865-1934) qui fut le gendre de Nicolas Paquet.
Hubert Giraud fit une carrière d'armateur à Marseille et fut agent de la Cie Paquet à Mogador avant l'ouverture d'Agadir au commerce.
Député des Bouches du Rhône de 1919 à 1924, il fut à l'origine de diverses lois destinées à protéger la flotte de commerce, ou portant sur la ratification de la Convention de Barcelone (20 avril 1921), sur la liberté du travail et les tapis marocains.
 

 
 
 

 

Un joli petit immeuble de forme arrondie Immeuble Moutchou existe toujours qui faisait l'angle de la rue Paul Doumer et de la rue Hubert Giraud et qui porte la plaque bleue émaillée de la rue.
 

Dans le prolongement de cet immeuble se trouvaient quelques boutiques en direction du Whisky à Gogo et de la terrasse du "Rond-Point" du Marhaba.
 
En vis-à-vis, se trouvait une construction avec un toit arrondi vraisemblablement un garage :
Garage ECSO (Sté VEMAPP), Immeuble Azur, rue Hubert Giraud.

 

 

 Près de l'hôtel Marhaba, la rue Hubert Giraud avait des boutiques et différents commerces sous des jolies arcades qui se prolongeaient de chaque côté de la rue Nicolas Paquet parmi lesquels :

- l'Auto-École Moderne tenue par Monsieur Malaval sous les arcades près de l'immeuble Bella Vista et en face de l'hôtel Marhaba,

 M. Malaval (Auto-école)

- Butagaz-Maroc se trouvait au n° 27,
- Georges Combe au n°42,
- Siège de l'Omnium Technique Africain (abonné téléphone 1960).

Une partie de la rue Hubert Giraud existe encore en 2012 et le petit immeuble arrondi, immeuble Moutchou, qui fait le coin, rescapé du séisme porte toujours la plaque bleue émaillée.

 

La rue rescapée mène à l'hôtel Marhaba et les murs vétustes qui prolongent le petit immeuble n'ont plus rien de leur splendeur d'antan.