Rue Arago

 

 Camp de la Légion Etrangère

Villas des sous-officiers

 Régie des Tabacs

 Terrain vague étrange

 
La rue Arago se situait au-delà du ravin de Tanout dans le prolongement du boulevard Steeg jusqu'à la rencontre avec la rue Cuvier et la rue Ampère.

Elle portait le nom de François Arago (1786-1853) astronome, physicien et homme politique français.

 D'un côté, elle bordait le camp de la Légion Étrangère et les maisons des sous-officiers de la Légion, de l'autre côté elle desservait les Services Hydrauliques des Travaux Publics, la Régie des Tabacs et quelques villas avec jardins débordants de bougainviers et de plumbagos.

 


Les Services Hydrauliques des Travaux Publics occupaient une villa bâtie sur la pointe d'un terrain à l'angle de la rue Arago et de la rue Ampère.
Elle était proche de la Régie des Tabacs.
En 1955, le responsable de ce service était l'ingénieur L'Excellent tél. 22-82.

Si l'on en croit le père Berthier, des Témoins de Jehovah avaient élu domicile du côté du quartier de l'Hydraulique et faisaient leurs tournées à bicyclettes dans la ville nouvelle.

Du côté de la rue Monge se trouvait une zone en quart de cercle de villas bien ordonnées en face du Service médico-social militaire de la rue Monge.

Un maître-tailleur pour le Service Armé et Civil, Robert Leblond, avait son atelier au 53 de la rue Arago.