" Je m'appelle Albert Ohayon, à l'âge de 11 ans et demi le séisme frappe ma petite ville.

Mes parents tenaient un bain maure, une petite synagogue et des appartements qu'ils louaient, tout cela faisait partie de ma maison à Talborjt.

Notre maison se trouvait au numéro 17 de la rue Marrakchi au Talborjt, juste en face de la Kasbah d'où on avait la vue sur Founti et le port…

Soudainement, le 29 février 1960 vers minuit, la terre commence à trembler.

Je suis dans mon lit et je rêve que le jour d'après je vais à la pêche.


D'un coup j'aperçois que les tapis qui étaient accrochés sur les murs me tombent dessus et je vois de grosses pierres tomber dans ma direction, puis un bruit de tonnerre qui ne s'arrête pas.
La terre continue à trembler et le grondement ne cesse pas… Le plafond est déjà parti parce que je commence à voir de la poussière et plus tard les étoiles. Le ciel d'Agadir était toujours bleu la journée et très noir la nuit…
D'un seul coup tout s'arrête, pas un bruit, rien ne bouge. Je me trouve coincé entre le tapis et les grosses pierres, je n'arrive pas à bouger. Je sens que j'ai reçu des coups sur le visage mais je ne les ai pas sentis pendant le grondement…
 

Toujours coincé, j'essaie de bouger mes mains, mes pieds, ma tête.

J'essaye de parler, mais je n'arrive pas.

Il y a trop de poussière et ma gorge est sèche.

…je ne reconnais plus la rue Marrakchi, notre maison qui avait 2 étages ne ressemble maintenant qu'à un tas de pierres, il n'y a plus ce grand portail à côté où il y avait le Garage de Paris …

Au fur et à mesure que le jour se lève, on commence à voir la dévastation de notre petit quartier du Talborjt, rien ne tient debout, tout est écroulé.

 

 
… Le roi du Maroc, Mohamed V et ses fils, Dieu les bénisse, sont venus tout de suite pour voir, pour nous réconforter et nous assurer que la ville serait reconstruite.
Je serai toujours reconnaissant aux jeunes soldats marocains et aux marins français qui ont tellement contribué à aider tous les gens d'Agadir. "

Albert Ohayon

(in Agadir 1960 : http://www.agadir1960.com/temoignage010.html)

 
 
 

 
 

En raison de la présence de la faille du Tildi qui constitue d'importants risques sismiques " toute la partie de la ville située au nord de l'Oued Tildi devrait être neutralisée et transformée en zone verte " Professeur J.P.Rothé. (in Agadir et le Sud Marocain p.576 Marie-France Dartois).

Le quartier de Talborjt est donc resté zone inconstructible, un projet de jardin botanique avait été envisagé par respect pour les victimes musulmanes, juives et chrétiennes ensevelies mais n'est pas pour l'instant réalisé.