Le Plateau Administratif (Tassila Inflass en tachelhit, Sahl Idara en arabe) pour les Marocains fait partie de Talborjt. Ce fut au départ un champ de tir qui abritait des campements.
Pour les Français, il devint un quartier résidentiel et administratif.
Les villas et les immeubles se trouvaient au milieu des jardins ou des terrains vagues avec beaucoup d'espaces libres par rapport à Talborjt.
 


 
 

 
Le plateau était parfaitement délimité par le boulevard Moulay Youssef et la rue Calmette, le boulevard de l'hôpital et vers le Front de mer par la rue du Maréchal Foch qui fermait la boucle.
Sur le plan des administrations civiles et militaires, il y avait depuis la fin des années 20, l'Hôpital mixte civil et militaire (Nssbitar n'Talborjt) qui occupait la partie supérieure du plateau, entouré des villas et résidences du personnel hospitalier.

À partir des années 55, l'École primaire européenne Bosc, fut construite entre la rue Calmette et la rue de Pau, en face de l'école musulmane de filles de l'autre côté du souk.
 

 


 
La Maison de France fut construite un peu avant l'école primaire avec une annexe pour l'accueil, les légionnaires de surveillance, les serviteurs, les véhicules. À l'indépendance, elle devint la Maison du Gouverneur.

Près des Eaux et Forêts se trouvait la villa du maâlem Brahim Arsalane, entrepreneur marocain qui venait de quitter la rue Hilala. Sa villa surplombait le pont de Tildi.
Dans les jardins de la Villa du chef des Services municipaux, Monsieur Villar, un petit zoo avait été créé, souvent visité par de petits groupes d'écoliers accompagnés de leurs maitresses.
Après l'indépendance, cette villa fut occupée par le super caïd Belkahia, ex-traducteur de la municipalité.

Dans le bas du plateau, se trouvait l'État-Major (Tamajor n'Talborjt) dont la grande sirène hurlait tous les jours, fériés ou pas, à 12 heures tapantes.
On entendait cette sirène de Ben Sergao à Yachech, à la Casbah, à Anza.
Pour le ramadan, c'était le canon de la casbah qui avertissait les gens de l'heure de la rupture du jeûne.
Il y avait aussi, l'endroit reposant du jardin des amoureux avec ses bancs en mosaïque dont deux spécimens se trouvent maintenant au cimetière chrétien de Yachech.

Dans une boutonnière, fut construite en 1952, la Villa Gergovie (Olloix) qui surplombait la baie.