Taçoukt Ouffarane
 
 

 
La rue du Four (El Farrane en arabe, Afferane en berbère signifient four) était parallèle à la rue de la Kissaria depuis l'extrémité ouest de la Place de Talborjt jusqu'à la Place du Commerce au niveau de l'école musulmane de garçons.

Ce nom vient du premier four traditionnel de Talborjt appartenant à M. Laguir.
 

 






 
Il y avait une synagogue au N° 24 et une petite École de l'Alliance Israélite Universelle dans l'impasse Tiouti jusqu'à ce que l'école de la rue Hilala soit construite au début des années 50.

De nombreux commerçants et artisans juifs étaient établis rue du Four et dans les petites rues avoisinantes depuis que le mellah de la Casbah s'était déplacé, que des juifs des villages du Sud et ceux de Mogador avaient migré à Agadir lors de l'ouverture de la ville au commerce.
 









 



 




 Le chanteur aveugle de la rue du Four

 

"Il était là tous les jours, se souvient Philippe Balanger, devant le portillon de la villa du directeur de l'école musulmane de Talborjt.
Très tôt le matin jusqu'à la tombée du jour, il chantait en s'accompagnant du ribab".

"Les rares fois où je ne le voyais pas, je ressentais un vide ; inquiet, je craignais qu'il ne lui soit arrivé quelque chose ou qu'il ait changé d'endroit.
Quel soulagement quand il réapparaissait et que sa douce mélopée aux accents d'éternité nous accompagnait à nouveau, universelle aussi sa musique car elle avait séduit immédiatement ma tante bordelaise venue en vacances".
 

 
 

Souvenirs de Philippe Balanger, Forum Agadir 1960, Photographie de 1958, Coll. Balanger