Présentation de l'avenue Jules Cambon

 Rive droite

 Rive gauche

 Abonnés au téléphone en 1958

 Après séisme

 

Avenue Jules Cambon

Bd Moulay Hassan après l'Indépendance

Bd Hassan II


Stations services

Stade Aït-Souss

 Aït Souss

La Kasbah 

 La Cigogne

COMAMETO

Immeuble Paul Deux

Immeuble Puccini

Capital-Travail

  Bar "Le Cambon"

MACOBA

COSUMA

L'Atlantide

Cité Habitat amélioré-Elasco

Ets de St-Meleuc

Octroi


 L'avenue Jules Cambon reliait le Quartier Industriel d'Agadir à la Ville Nouvelle en prolongement de la rue Charcot jusqu'au croisement de l'avenue du général Leclerc et la maison de l'octroi en direction de la route d'Inezgane.

Elle portait le nom du diplomate français Jules Cambon (1845-1935) qui fut ambassadeur de France à Berlin et eut à traiter de l'accord franco-allemand de novembre 1911 concernant le Maroc.

Après le séisme, l'avenue fut englobée dans le grand boulevard Hassan II (qui s'étend depuis le pont de Tildi, en passant par le boulevard Moulay Hassan rectifié et par l'ex-rue Charcot jusqu'à la fin de l'ex-avenue Jules Cambon en direction de la route d'Inezgane).


 L'avenue Jules Cambon constituait la partie sud du Quartier Industriel qu'elle parcourait dans toute sa longueur sur environ 1,5 km.
Sa rive gauche était encore couverte de talus et d'une lande d'euphorbes tikiout (saucissons épineux) ;
sa rive droite comportait des séries de bâtiments simples et fonctionnels d'un étage, exceptionnellement de deux, autour d'une vaste cour servant souvent d'entrepôt avec des commerces en rez-de-chaussée et des habitations à l'étage.
Cette longue avenue rectiligne était spécialisée dans le commerce de gros et semi gros que ce soit dans le secteur de l'alimentation, pâtes, sucres et épicerie, ou dans le secteur de la construction avec d'importants commerces de matériaux de construction, de nombreux artisans et entreprises du bâtiment, électricité, menuiseries, quincailleries, des garages et stations-services.
Les commerces de proximité étaient peu nombreux réduits à deux bars-tabacs, une pharmacie et un ou deux cabinets d'assurances et de comptabilité.
S'y trouvaient un certain nombre d'entrepreneurs marocains, juifs, italiens, français, espagnols et portugais.

 En 1949, la Cie Aït Souss marquait le début de la rive droite de l'avenue Cambon en allant depuis la rue Charcot jusqu'à la route d'Inezgane, et ICOPRA, la fin de la rive gauche.

Un certain nombre d'entreprises du bâtiment avaient leur siège et dépôts de matériaux avenue Cambon :

 NOSOCA, entreprise générale de construction,

 Paul DEUX, entreprise de Plomberie-Sanitaire,

 

 GUILLAUD, entreprise de plomberie,
 

 PUCCINI, entreprise de TP,

 Entreprise Michel PELLEGRINO,

 Entreprise Générale de Bâtiments (CASTELLO Manuel) installée au N° 6 de l'avenue Cambon, maison d'habitation et bureaux en face de l'Atlantide, dans une maison particulière avec terrain qui servait d'entrepôt pour les matériaux de construction (souvenirs de Jeanine Castello-Viegas),

 

 CAILLOL et Cie Maroc, Travaux publics et privés
 

 Ébénisterie - Menuiserie Marcel BURGAUD

 I.B.A menuiserie,
 

 Menuiserie- Ébénisterie du Souss

 LAMBARDINO entrepreneur,
 

 TEROITIN électricien,
 

 Entreprise de Construction ATLAS,

 ASSOR HAÏM ferrailleur,

 SOMEDI, Plomberie Sanitaire, Chauffage Central, Climatisation, Ventilation, Tôlerie, Chaudronnerie,

 REVOLUX, Mosaïques et revêtements de luxe,
 

Parmi les artisans et les commerçants :


 Jack LECANU, graveur diplômé de l'École du Livre de Paris, Dessins - Clichés - Taille douce - Timbrage - Gravure en tous genres,

 

 "Au Bleu de France", Teinturerie, Mme Vasseur.
 

 Hadj Mohamed Embarek, commerçant.