Rue A2
Rue Cheikh Ma El Aïnine (après le séisme)
Rue Mohamed El Ouazzani (actuellement)


Cité El Khyam

La Cité du Makhzen mobile 


La rue A2 se trouvait dans le haut du Quartier Industriel, faisant le lien entre la partie haute de la rue Turgot et la rue Berthollet prolongée. Elle n'apparait qu'après 1954-5 et portant ce nom jusqu'au séisme.

Après le séisme, cette rue prit le nom de Cheikh Ma El Aïnine (1830/8-1910) qui fut un grand théologien et un grand résistant sahraoui aux colonisateurs français, père d'Ahmed El Hiba (le Sultan bleu) et de Merrebi Rebbo son successeur.
Cette rue porte actuellement le nom de Mohamed El Ouazzani (1910-1978) homme politique marocain, un des pères fondateurs de la lutte nationale pour l'Indépendance.


Vers le Nord, elle longeait le bas de la Cité El Khyam et un ilôt de constructions basses comprenant une école et l'infirmerie du quartier. À l'arrière se trouvaient un réservoir d'eau venant de Tanout et l'entreprise Azamad.
La rue A2 traversait surtout des terrains vagues.
Du côté de la rue Turgot, la rue A desservait l'entreprise d'étanchéité Isol-Etanch d'Aigoin (associé Hadj Larbi Wifaq après le séisme) qui se trouvait à l'angle de la rue près de l'entreprise d'Hadj Brahim dit "Lamouzic" et un ferrailleur juif.
Du côté de la rue Berthollet, vers la fin des années 50, la rue A2 jouxtait le haut du lotissement du Makhzen mobile qui allait de la rue A2 à la rue A1.